4 raisons qui font de la QVT un moteur de performance

4 raisons qui font de la QVT un moteur de performance

Il existe deux façons pour les entreprises d’aborder la qualité de vie au travail. L’une consiste à n’agir que sur les aspects périphériques, « cosmétiques » du travail, en recherchant un gain immédiat – forcément fugace – en termes d’image. L’autre, sincère, s’attaque au cœur de la problématique : le travail, son organisation, sa gestion. Cette seconde approche peut apporter un gain de compétitivité et de performance inestimable, et ce pour de nombreuses raisons. En voici quatre.

La QVT génère de l’engagement

De nombreuses études, comme celle de Terra Nova en 2016, établissent un lien direct entre QVT et compétitivité. Toutes s’accordent à voir dans le management un pilier de la QVT. Celui-ci doit permettre à chaque salarié de s’exprimer sur son travail et la façon de l’exécuter. Or le management « à la française » est encore imprégné de taylorisme. Moins que l’adhésion des collaborateurs, le modèle hiérarchique pyramidal fonctionne sur l’obéissance, impose plus qu’il ne stimule.

En favorisant l’autonomie et la bienveillance, un management « QVT compatible » génère la satisfaction et l’engagement des collaborateurs. Sollicités par le manager qui prend en compte leurs idées et suggestions pour fournir un travail de meilleure qualité, ces derniers s’investissent, cherchent à innover pour améliorer les performances de l’entreprise. Parce qu’il est à l’écoute de leurs attentes et de leurs aspirations, le manager renforce leur sentiment d’appartenance et accroît leur motivation.

Complimenter un collaborateur pour un travail bien fait contribue également à sa satisfaction et à son engagement. Selon une étude de Malakoff Mederic, l’impact positif du sentiment de reconnaissance sur l’engagement des salariés est évident. Pour 59 % de salariés franciliens qui se sentent reconnus par leur hiérarchie, 89 % « cherchent systématiquement à améliorer leur façon de travailler », ce qui représente 6 points de plus que la moyenne.

« Les salariés qui évaluent très positivement leur qualité de vie au travail (26 %) sont 22 % moins nombreux à avoir eu au moins un arrêt maladie dans l’année »

La QVT fait baisser l’absentéisme

Une démarche QVT sérieusement conduite engage toujours un cercle vertueux : des études montrent que les salariés plus engagés sont moins souvent absents.

Selon le 10e baromètre de l’absentéisme d’Ayming, le niveau d’absentéisme en France reste élevé, puisqu’il se situe à environ 17,2 jours par salarié en 2017, et se traduit par un allongement de la durée des absences, à l’instar des chiffres publiés par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS). Au  niveau national, les coûts directs de l’absence et de l’absentéisme, qui représentent environ 5,8 % de la masse salariale (charges incluses) s’élèveraient à environ 45 milliards d’euros pour l’ensemble des entreprises du secteur privé. Et si la QVT représentait le moyen de faire baisser la facture ?

D’après l’étude Malakoff Mederic citée précédemment, la QVT au travail n’est pas que génératrice d’engagement : son impact sur l’absentéisme se vérifie en effet en Ile-de-France. Ainsi, les salariés qui évaluent très positivement leur qualité de vie au travail (26 %) sont 22 % moins nombreux à avoir eu au moins un arrêt maladie dans l’année. De nombreuses autres études confirment cette tendance.

La QVT augmente la satisfaction client

Si la satisfaction client est une notion déjà ancienne, elle s’est trouvée liée à un autre concept avec l’expansion du digital, celui d’expérience client. Que ne fait-on, depuis le début des années 2000, pour optimiser, soigner, bichonner cette sacro-sainte expérience client ! Guerre des talents aidant, une symétrie des attentions s’est développée entre expérience client et expérience salarié. Initialement destinée à attirer et fidéliser les meilleurs collaborateurs, l’amélioration de l’expérience salarié impacte in fine favorablement la qualité de l’expérience client.

De fait, qu’il soit employé ou manager, le salarié heureux dans son travail s’y engage davantage. Là où un collaborateur mal dans son poste, sans autonomie et peu reconnu fera le minimum, lui fera preuve d’écoute et d’empathie auprès de son client, se décarcassera pour trouver une solution à son problème. Le lien entre satisfaction des collaborateurs et satisfaction des clients est si évident qu’il constitue un motif stratégique pour mettre en place une vraie démarche QVT, s’appuyant sur une solution puissante et efficace.

« La réputation des employeurs se joue désormais sur les forums, chats et autres sites comme Glassdoor permettant de noter son entreprise. »

La QVT améliore l’image de la marque employeur

Depuis l’avènement du digital et l’explosion des réseaux sociaux, les salariés ont calqué leurs comportements professionnels sur leurs nouvelles habitudes personnelles de consommation et d’échanges. De même qu’on s’informe sur le web avant d’acheter, de même qu’on consulte les notes attribuées par les internautes à un hôtel ou un restaurant avant de s’y rendre, on cherche à tout savoir de l’entreprise qu’on envisage de rejoindre. La réputation des employeurs se joue désormais sur les forums, chats et autres sites comme Glassdoor permettant de noter son entreprise.

Si les salariés mécontents ou malheureux n’hésitent pas à le faire savoir, il en va de même des salariés satisfaits qui estiment leur employeur. La QVT est ainsi devenue le plus sûr moyen de bénéficier d’une réputation employeur positive, atout extrêmement précieux pour l’entreprise et sa marque employeur. L’impact en termes de ROI est multiple : baisse des coûts de sourcing et de recrutement, baisse du turnover et des coûts engendrés par celui-ci…


La QVT, meilleur atout de la marque employeur ?

À l’heure où la marque employeur suscite un vif regain d’intérêt dans les entreprises, il semble impossible d’éluder l’impact très fort qu’exerce la QVT dans ce domaine. Nous avons évoqué dans un précédent article le lien entre QVT et engagement. Mais la QVT vous livre aussi les clés de la fidélité et de la fierté des salariés, deux dimensions essentielles pour toute entreprise voulant développer une marque employeur pérenne. 

 

L’époque où la marque employeur se positionnait sur des promesses mirobolantes, mais peu tenues, est bien révolue. La révolution numérique, avec son cortège de réseaux sociaux, de plateformes d’échanges ou de sites pour noter son entreprise, a profondément changé la donne. Les collaborateurs étant devenus les premiers ambassadeurs de la marque employeur, il est désormais indispensable de dynamiser et d’optimiser l’expérience salarié. Et si celle-ci peut être rendue plus agréable pour les intéressés par la mise à disposition d’outils numériques performants, seule une démarche globale de QVT permet de cultiver chez eux les sentiments vis-à-vis de l’entreprise les plus précieux pour la marque employeur : la loyauté, la fidélité et la fierté.

La QVT développe la fidélité

Les salariés fidèles sont presque toujours les plus motivés et les plus impliqués. Ils représentent une ressource majeure sur laquelle un manager sait pouvoir s’appuyer au sein d’une équipe. Comment développe-t-on la fidélité ? En apportant des réponses concrètes aux attentes des salariés, ce qui implique de les écouter et de les entendre. Les managers, porteurs d’un certain nombre de processus au sein des entreprises, sont les mieux placés pour le faire. La force d’un management orienté QVT réside justement dans sa capacité à apporter des réponses à des points concrets et à des sujets de fond, comme l’illustrent les deux exemples suivants.

Selon un sondage des Éditions Tissot réalisé par Opinion Way en 2015, la proximité du lieu de travail avec le domicile serait le principal facteur incitant à ne pas changer d’entreprise pour 39% des salariés sondés. Pour 30 % d’entre eux, c’est la qualité des relations avec les collègues, autrement dit une bonne ambiance de travail, qui serait primordiale. Ces deux chiffres représentent deux types de problématiques de QVT : l’une, très concrète, touche au temps perdu dans les transports. L’autre, beaucoup plus large, relève du management et de l’organisation permettant le développement d’une bonne ambiance de travail.

En ce qui concerne le premier point, introduire le télétravail de façon encadrée peut constituer une réponse. Même s’il ne s’agit que d’une journée télétravaillée par semaine, celle-ci sera appréciée par les salariés confrontés à des temps de transports chronophages.

Le second point est directement corrélé au management et à l’organisation du travail : un management orienté QVT, c’est-à-dire basé sur l’écoute active et laissant de l’autonomie aux collaborateurs, permet à chacun de se sentir à sa place dans son travail, de s’engager pour la qualité de celui-ci, de fonctionner en bonne intelligence avec ses collègues et... d’être de bonne humeur, socle d’une bonne ambiance de travail !

La QVT est un moteur de fierté

Les collaborateurs fiers de leur entreprise sont les meilleurs porte-drapeaux d’une marque employeur. La QVT constitue le plus sûr moyen de faire éprouver cette fierté à plusieurs niveaux : fier de la considération que lui témoigne son entreprise à travers sa politique de QVT, le collaborateur sera également :

> fier de la sincérité se son entreprise

Dans un contexte de défiance vis-à-vis de l’entreprise, un collaborateur est fier de se faire porteur d’un message qu’il sait authentique auprès d’un candidat (ou de tout autre public externe de l’entreprise). Tout le monde ne naissant pas acteur, on est un bon promoteur de ce en quoi l’on croit, et on ne parle en bien que d’un employeur que l’on juge bien.

> fier de la cohérence de marque de son entreprise

Imaginons une entreprise dont l’activité serait la vente de produits de beauté et de maquillage. Supposons que cette entreprise axe sa communication sur la liberté qu’elle donne aux femmes d’être elles-mêmes, de vivre leur vie comme elles l’entendent. Qu’adviendra-t-il si cette firme, côté coulisses, réserve l’essentiel des postes à responsabilité à des hommes et pratique un management pyramidal à l’ancienne à l’opposé de la liberté prônée dans les publicités de la marque ? Il y a ici le risque d’une rupture de confiance, de crédibilité de l’entreprise vis-à-vis de ses collaborateurs. En poussant l’entreprise à mettre son fonctionnement en cohérence avec son image grand public, la QVT développe une forme de fierté précieuse pour la marque employeur.

> fier de son métier au sein de l’entreprise

On peut être fier de son métier dans l’absolu et cesser de l’être parce que l’on se trouve contraint à l’exercer d’une façon qui heurte son éthique personnelle. À titre d’exemple, un conseiller bancaire qu’une nouvelle stratégie pousse à vendre des forfaits de téléphonie assortis d’un téléphone dernier cri à ses clients qui n’en ont pas besoin peut se sentir honteux, désabusé par rapport à l’idée qu’il se fait de son métier. Là encore, seule une démarche de QVT solide permet de prendre la mesure de ce ressenti nuisible à la marque employeur.

 

La QVT est une notion qui irrigue toutes les dimensions de l’entreprise, du cadre de travail à son organisation, de la santé des salariés au management. Vecteur fort d’engagement, et donc de performance pour l’entreprise, la QVT fait aussi grandir chez les collaborateurs les qualités de loyauté, de fidélité et de fierté qui permettent à une marque employeur de se déployer pleinement. DRH, si vous souhaitez construire ou conforter une marque employeur pérenne, engager une démarche de QVT s’appuyant sur une solution performante est le meilleur moyen d’y parvenir.