La Qualité de Vie au Travail (QVT) est un vieux serpent de mer pour l’entreprise. Il faut attendre 2013 pour que sa définition soit formalisée dans un corpus législatif français agrégeant intégrités physique et psychique, équilibre entre vie professionnelle et personnelle, et enfin, dialogue social. Bien souvent galvaudée, la QVT est plus que jamais à l’ordre du jour dans le contexte sanitaire que nous connaissons. Avant de l’améliorer, il est avant tout question de réconcilier l’entreprise avec la QVT.

La QVT en 2021 : un retour à l’essentiel ?

Les sujets induits par la QVT tiennent de nouveau le haut de l’affiche dans une organisation du travail chahutée et un télétravail vécu parfois fébrilement. Si certains salariés voient dans cette nouvelle pratique une autonomie plus que bienvenue, d’autres se trouvent désarmés.

Leurs conditions de travail, au cœur des enjeux de la QVT, se sont fortement dégradées. Entre les problèmes purement techniques et le manque d’interactions sociales, le bien être au travail tient plus, actuellement, à la qualité de sa connexion, technique et humaine, que d’une réelle possibilité d’épanouissement personnel.

Parmi les autres conséquences, la question de l’équilibre entre vie personnelle et professionnelle. Le travail ne reste plus à la porte du domicile. En arrivant dans les foyers, le travail dépasse cette frontière et s’infiltre dans notre sphère privée.

Les horaires de travail glissent et entraînent un sentiment d’extrême fatigue psychique. S’il paraissait assez naturel de faire remarquer à un collègue qu’il était peut-être temps de rentrer chez lui, cela devient difficile en situation de télétravail.

La responsabilité de l’entreprise est pourtant engagée dans la charge de travail et le temps nécessaire à sa réalisation. Selon notre dernière étude, 32% des interrogés indiquent que cette dernière s’est détériorée entre le premier et le deuxième confinement.

Au cœur de ces notions essentielles, l’organisation donne le ton. Certaines entreprises avaient déjà amorcé des changements par la mise en place d’une culture du dialogue sur le contenu du travail et les éléments nécessaires pour mener à bien sa mission. Ces démarches préventives les ont davantage prémunis des ressentis négatifs exprimés par de nombreux acteurs de l’entreprise, salariés comme managers.

‘’ Nous utilisons la plateforme collaborative Wittyfit sur toutes nos entités opérationnelles cumulant environ 7 000 personnes pour mieux comprendre les leviers de bien-être et de satisfaction au travail. ’’

Miguel Brehin, Thales AVS France

Comment réhabiliter la QVT ?

Aligner maintien d’une activité normale et prévention de nouveaux risques, notamment psychosociaux, est un nouveau chantier pour les entreprises. Il faudra sans doute reconfigurer les organisations pour davantage de dialogue social autour du management à distance et du délicat équilibre entre la gestion de la productivité et une meilleure appréhension de la prévention.

Pour ce faire, il sera essentiel de traiter ces deux sujets comme une seule et même priorité. La productivité des individus, tout autant que celle des équipes, est intimement liée aux conditions de travail.

De nombreux outils sont d’ores et déjà disponibles pour réhabiliter la QVT dans l’entreprise :

  • Les ressources de l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (Anact) : leur site regorge d’informations et d’exemples concrets de dispositifs mis en place pour agir sur la QVT.
  • Le site de la Chambre du Commerce et de l’Industrie (CCI) : au-delà des informations pratiques et des démarches officielles, la plateforme guide aussi les entreprises sur le volet de la prévention des RPS avec des décryptages sur le document unique, par exemple.

C’est aussi en exprimant clairement ses besoins et ses attentes que le collaborateur pourra agir sur son propre épanouissement et avoir un impact plus global. Se donner les chances de réussir individuellement, c’est pouvoir ensuite contribuer à la réussite collective. L’enjeu de la QVT se trouve aussi ici, dans la réciprocité de l’échange. L’entreprise n’échappe bien entendu pas à l’essence-même de toute relation humaine. En pleine conscience, chacun doit s’interroger sur son propre rôle pour grandir et faire grandir l’organisation.

L’alignement entre le projet de l’entreprise et celui du salarié donnent les bases pour construire de concert une démarche de QVT sur-mesure ! S’il n’existe pas de solution miracle pour améliorer la qualité de vie au travail en entreprise, la considérer est déjà un bon point de départ.