Quelle raison d’être pour l’entreprise de 2021 ?

L’heure du bilan approche pour une année extra-ordinaire. La crise COVID-19 a figé le monde. Ici et ailleurs, le virus s’est peu à peu infiltré dans nos vies. Tous mobilisés dans une guerre sanitaire commune, nous avons lâché notre vie d’avant. D’abord contraints pour préserver l’essentiel, puis animés par un profond désir de changement durable. Le monde du travail fait incontestablement partie de cette quête. En mai, les salariés français étaient 74% à penser qu’il y aurait un “avant” et un “après” COVID-19 dans leur entreprise (Etude Ifop). Comment accompagner sa transformation ?

Redonner du sens au travail 

Au cours de cette année mouvementée, une question essentielle a surgi dans la tête de bien des salariés mais aussi des managers : est-ce que mon travail fait sens ? La mise en télétravail forcé de millions de personnes a agi comme un détonateur, une mise en pause des habitudes. Un temps retrouvé ou plutôt trouvé. Celui nécessaire à la prise de hauteur sur nos modes de vie personnel et professionnel.

Ne plus prendre les transports, cet automatisme associé à la routine travail a certainement nourri cette réflexion plus large : pourquoi courir tout le temps et après quoi ? Une quête de sens souvent exprimée par les salariés que la crise a rendu incontournable. 

Ainsi, le bien-être au travail n’a jamais autant été plébiscité en France. 81% des salariés considèrent qu’il s’agit là de l’enjeu prioritaire de leur entreprise (étude Ifop). 

Pour certaines entreprises travaillant déjà depuis quelques années sur une amélioration de la Qualité de Vie au Travail (QVT), la crise a évidemment créé des secousses mais dans une moindre mesure que pour d’autres. 

Cultivant fortement le dialogue, un cabinet d’expert comptable breton membre du réseau Talenz a su réagir très vite à la mise en place du travail à distance par une réorganisation profonde. Sur la base de retours d’expériences et d’ateliers sur l’usage du numérique, l’entreprise est très rapidement parvenue à fédérer ses équipes autour de la nouvelle organisation du travail. Surtout, chaque collaborateur a pu être acteur de cette transformation profonde en étant guidé. 

Repenser l’entreprise 

Le travail n’appartient plus à l’entreprise telle que nous la connaissions. Les bureaux et les habitudes qui lui sont associées ont, pour un temps, disparu. A travers le monde, certaines entreprises ont franchi un nouveau cap : passer totalement au télétravail. 

S’il est encore bien trop tôt pour juger des conséquences de ces décisions, une chose est sûre : l’entreprise revoit ses codes. Elle doit profondément repenser tout ce qui la définit et prendre de nouvelles décisions. Comment réinventer la sociabilité à distance ? Comment faire vivre la marque employeur quand l’espace défini pour le faire n’existe plus ? 

Avant même de savoir à quoi pourrait ressembler l’entreprise de demain, il est dans un premier temps nécessaire de la penser. A quoi veut-elle ressembler ? Sur quelles bases souhaitent-elles s’appuyer ? Quelles sont les tendances RH ?

‘’En mai, les salariés français étaient 74% à penser qu’il y aurait un « avant » et « après « Covid-19 dans leur entreprise. ’’

Manager autrement

L’environnement de travail a changé et avec lui, le management. Les équipes ont dû apprendre à renouveler leurs liens et parfois redécouvrir une valeur vitale aux relations humaines : la confiance. 

Jusqu’ici, le contrôle du travail se basait sur la présence d’un salarié physiquement. Le télétravail a rebattu les cartes. D’autres moyens de s’assurer de la productivité d’un collaborateur sont à inventer. Si la tentation est grande pour certains employeurs de contrôler la productivité des salariés, cet écueil a de lourdes conséquences sur leurs ressentis. 

Or, manager autrement passera par l’intégration des facteurs humains, c’est-à-dire cette palette d’émotions et de ressentis propre à chaque être. La bienveillance dépasse ainsi les simples discours pour devenir le dénominateur commun de cette nouvelle ère managériale.  

Si la crise aura révélé les failles parfois béantes du management en entreprise, elle nous invite surtout à saisir de nouvelles opportunités pour inventer de nouveaux codes. Revenir fondamentalement à l’humain.