Essor du télétravail : le bureau est-il mort ?

Le sujet occupe l’espace médiatique et les conversations des employeurs comme des employés : est-ce que le bureau a encore un avenir à l’heure du boom du télétravail ? A Paris, il suffit de lever la tête pour d’ores et déjà constater la multiplication des panneaux “Bureaux à louer”. Faut-il s’attendre à un mouvement de fond pérenne ? Est-ce la fin du contrôle “visuel” du travail du salarié par l’employeur, l’ère d’un nouveau mode de management ? 

 

Une organisation du travail qui colle à la vie du bureau

 

Horaires de travail, organisation des bureaux, rituels sociaux : tout ce petit monde plutôt bien ordonné paraît aujourd’hui un brin désuet alors que le télétravail semble devenir “the new normal”. N’allons-nous pas cependant trop vite en besogne ? Certes, le  travail à distance s’est imposé sous l’injonction sanitaire,  la Covid 19 faisant fi de tous nos repères. Imposé toutefois dans un monde où les technologies ne nous ont jamais autant permis d’être aussi proches les uns des autres, il interroge pourtant notre rapport au travail. Au delà des habitudes sociales de l’entreprise et de l’organisation du travail au sein de bureaux physiques, c’est la raison d’être de l’entreprise en tant que lieu de vie qui est remise en question. 

Certaines entreprises ont d’ores et déjà franchi le pas en se délestant de leurs bureaux, capitalisant dorénavant sur le full-remote avec un investissement ponctuel dans des espaces de coworking. D’autres font le choix de se réapproprier le bureau en construisant avant tout un lieu de vie où enfants et animaux de compagnie sont les bienvenus. Est-ce qu’on commencerait à abandonner les bons vieux babyfoot pour des valeurs plus en adéquation avec la vie personnelle de chacun ? 

L’essor du télétravail rabat les codes du travail, voire l’essence même de l’activité professionnelle de chaque collaborateur. D’un côté, les demandes des salariés évoluent, leurs exigences en matière de bien-être au travail se renforcent.  De l’autre, les managers naviguent un peu à vue, entre préoccupation économique et soutien des collaborateurs. Si nous avons déjà pu affirmer que performance économique et sociale ne s’opposaient pas, comment réorganiser le travail si le bureau est en passe de disparaître ?

Travail à la maison : un nouveau bureau ? 

Malgré le fait que quelques entreprises montrent le chemin d’un monde sans bureau, les habitudes de travail françaises ont la vie dure. Nous vivons depuis longtemps dans un mode de gestion des ressources humaines quasi unique symbolisé par le présentéisme. Seules 8% des entreprises mettaient en place le télétravail avant le confinement (source ANDRH). 

Cet obstacle à une généralisation pérenne du télétravail  n’existe pas partout à travers le monde ou du moins en apparence. Au sein de l’Union européenne, les Pays-Bas ont instauré un cadre de loi autour du télétravail depuis 2001 pour les salariés du privé comme pour les fonctionnaires en proposant notamment une prime pour les jours où l’employé travaille depuis son domicile.

Les célèbres GAFA proposent depuis longtemps des modes de travail hybrides. Source d’inspiration pour de nombreuses organisations, start-up en tête, leur gestion des ressources n’est pas moins à l’origine de certaines polémiques concernant la surveillance de leurs salariés par le biais de logiciels dédiés. 

Si le télétravail a induit un certain accès à l’autonomie, il n’en reste pas moins qu’une forte culture du contrôle par la présence demeure. On doit alors questionner ici une vision plus profonde du management, celle  de la confiance et du contrat moral  qui lie manager et collaborateur. Une confiance qui ne doit pas s’arrêter aux frontières du bureau.